vendredi 31 mai 2013

Comme un Cheesecake à la fraise ultra léger, rapide et simple! Bref, un winner!


Lorsque je vivais aux USA, j'avais pour habitude de manger du cheesecake en dessert au resto. Et puis j'en achetais aussi lors des courses chez Harris Teeter pour le manger à la maison. J'en étais même arrivée à aller exprès chez Barnes and Noble pour feuilleter un magazine ou deux tout en me délectant de ces lichouseries hyper caloriques dans un fauteuil bien confortable entourée de geeks qui n'avaient certainement pas trouvé de place chez Starbuck pour se la péter avec leur ail-phone et autres trucs aillés.
Quand je suis revenue vivre en France, j'ai dû perdre douze millions de kilos rien qu'en arrêtant de grailler du cheesecake. Bon, j'abuse, disons au moins un quintal. Heureusement pour mes fesses, ici, c'est difficile d'en trouver. Du moins... des bons comme là-bas.
J'ai bien essayé d'en faire moi-même, mais à chaque fois ce fut la loose intégrale, le gros moment de solitude au moment de la dégustation du pseudo cheesecake... La bouche pleine (parce que j'arrive pas à finir la première bouchée), le fameux: "ha, f'est bon!", juste avant d'aller recracher le reste dans la poubelle. Tu vois le genre? Un peu comme avec le chocolat dégueux dans la boîte de crottes de Noël!
Je me suis donc résignée, en me disant que de toute façon cheesecake et ligne svelte, c'était pas compatible... parce que tu te doutes que je ne me contente pas d'une seule part!


Et puis voilà-t-y pas qu'en feuilletant le magazine WW atterri par zazar dans mon caddie en faisant mes courses (tiens, ben qui a osé mettre ça dans ma chariotte?? Hein?!), je tombe sur un dessert qui a l'air plutôt sympatoche; et même qu'en regardant bien, si on le dresse un peu différemment, on pourrait bien penser que c'est un cheesecake! Ma doué beniguet, mon sang n'a fait qu'un tour! Un cheesecake light, pas compliqué et sans cuisson, mes fesses ont applaudi!! Clap! Clap! Clap! (ça claque, des fesses, quand ça applaudi... d'où l'expression que tu m'entends souvent dire: "Ca claque des fesses!"). Maintenant, entendons-nous bien, ceci n'est pas un CHEESECAKE!

Alors parce que je suis z'extrêmement Saint-Patrick (y a un jeu de mot, là)(faut suivre, hein?); voici rien que pour toi mon bichon, la recette du cheesecake qui n'en était pas vraiment un, mais qui claquait des fesses (tu vois!). Quand-même!


Ecoutons avec ça une chanson qui me rappelle justement les USA "Oh Jah Jah" de Stanley Beckford; Mistouze Beckford, qui a rythmé mes belles journées Américaines grâce à mon frangin qui me l'a fait découvrir par zazar en BZH chez not'man-man chérie de l'amour comme c'est grand!
Tu le sais pitêtre pas mais j'ai une page FesseBouc où on rigole pas mal entre nous, alors si tu veux nous rejoindre, tu cliques ici! Et puis si tu veux lire mes souvenirs des Etats-Unis, tu peux aussi aller lire mon autre blog "Rendez-vous à Fairlane Drive". Un nouvel article est en cours de rédaction (il était temps!)



Ingrédients pour deux faux cheesecakes - 3PP/personne

  • 85 g de fraises
  • 4 speculoos
  • 1 fromage blanc 0% MG (100g)
  • 1 petit suisse nature light (60g)
  • 1/2 cuillère à café de sucre glace (moi j'en mets pas)
  • quelques goûtes d'extrait de vanille
  • 2 emportes pièces avec poussoir (triangulaires ici) (si vous n'avez pas de poussoir, je pense qu'en filmant l'emporte pièce avec du film alimentaire, ça peut le faire aussi, à tester) (si vous n'avez pas d'emporte-pièce, pas de pb, vous pouvez faire une verrine à la place)

Comment qu'on fait?
  • Ecraser les speculoos, puis les déposer dans le fond de deux emportes-pièces posés sur deux petites assiettes toutes jolies. Bien tasser.
  • Dans un bol, mélanger le fromage blanc, le petit suisse, l'extrait de vanille et le sucre glace (si vous en mettez).
  • Laver les fraises. En garder deux pour la déco, et couper le reste en petits morceaux. Les ajouter au mélange de fromage blanc, et bien mélanger. Déposer cette préparation sur les speculoos. Bien tasser et décorer sur le dessus avec des fines tranches de fraises.
  • Mettre au frais pendant au moins une heure. Au moment de servir, se munir du poussoir, et démouler le cheesecake tout doucement.
Bone Appétouze!

fraise, fruits, fromage blanc, petit suisse, speculoos, dessert


Article à la Une sur Hellocoton

Mon cheesecake à la fraise ultra léger, rapide et simple;
élu "Meilleur cheesecake du moment"
sur le site "Recettes de Cuisine"

mardi 28 mai 2013

Muffins au sésame toasté, myrtilles et purée d'amande blanche


Hello les biquets et les biquettes! Je pensais vous raconter ma life une fois de plus aujourd'hui mais j'ai pas le temps... j'viens de mettre mon petit linge à laver. Dans la cuvette des toilettes.
Forcément, ça va aller beaucoup moins bien! Enfin, il paraît qu'une eau à température ambiante avec du coin-coin WC, y a qu'ça d'vrai pour laver des strings dentelles et bas résilles. Quoi? T'as jamais vu un Doberman en tenue affriolante? Hu, Hu!
Allez, rassure-toi, si j'ai pas toute ma tête en ce moment, c'est parce que je te prépare un concours aux p'tits oignons pour fêter les 3 ans de mon blog, le tout avec des cadeaux extras...
Et puis mince, t'as jamais confondu ta machine à laver avec autre chose pitêtre?


Bref, j'ai quand-même eu le temps de te faire une petite lichouserie moelleuse, un gros plaisir délicatement parfumé pour ton croc sucré. Pour ces muffins de foufou, j'ai utilisé la farine au sésame toastée offerte par mon partenaire "Moulin de Restaudran". Cette farine, elle est extra car le goût du sésame est vraiment présent, et j'ai trouvé qu'elle était idéale pour donner un parfum nouveau à des muffins, des cakes ou encore des cookies! Ca change vraiment de ce qu'on connaît et c'est tout simplement meu-meu!
Vous pouvez trouver la liste des farine du Moulin de Restaudran en cliquant ici.


Je vous laisse en compagnie de Bob Dylan avec "The Times they are a changin'".
N'hésitez pas à me rejoindre sur ma page FesseBouc, aujourd'hui nous avons passé la barre des 500 followers, alors j'tiens à remercier tous mes fans comme dirait Céline Dion! J'en reviens toujours pas que vous soyez aussi nombreux à suivre mes âneries!!


Ingrédients pour environ 10 muffins
  • 2 oeufs
  • 50 g de sucre en poudre
  • 10 cl d'huile végétale
  • 250 g de purée d'amande blanche (on peut la remplacer par deux yaourts brassés par exemple)
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 200 g de farine au sésame toasté du Moulin de Restaudran
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café de fleur de sel
  • graines de sésame
  • 100 g de myrtilles fraîches (ou surgelées, à dégeler tranquillement au préalable)

Comment qu'on fait?
  • Préchauffer le four à 180C
  • Dans un saladier, fouetter les jaunes d'oeufs (on garde les blancs pour plus tard) avec le sucre. Ajouter l'huile, la purée d'amande, le sucre vanillé, la levure chimique et la fleur de sel. Bien mélanger avec le fouet.
  • Ajouter alors la farine de sésame toasté. Tout bien mélanger avec de la fougue. C'est un peu épais, et c'est normal.
  • Puis monter les blancs en neige et les incorporer à la préparation. Ajouter alors les myrtilles et mélanger délicatement.
  • Verser le tout dans des moules à muffins (aux 3/4) beurrés et farinés (c'est important!). On peut aussi verser la pâte dans un moule à cake (toujours beurré et fariné).
  • Enfourner pour une quinzaine de minutes.
  • Démouler les muffins, les réserver sur une grille et enfin les déguster tièdes ou froids.

Bone Appétouze!

muffin, myrtille, gâteau, sésame, amande, fruits


Article à la Une sur Libéfood

lundi 27 mai 2013

Pâtes pimentées aux Poivrons et à l'Ail


Je désespère d'avoir des poivrons cette année dans le potager... Au moins un, ça ne serait pas du luxe! Le suricate m'a proposé de me mettre toute nue devant pour les faire rougir, mais vu qu'ils sont tout minuscules, je vois pas trop à quoi ça servirait.
En attendant y avait des poivrons rouges chez mon marchand de légumes sexy boum-boum (et je veux pas savoir comment il a fait pour les faire rougir, lui. Enfin si, pitêtre bien que j'aimerais qu'il me montre finalement, hu, hu!) et il me restait des petits piments séchés récoltés l'année dernière dans le potager. Me demandez pas quelle sorte de piment j'avais planté parce que je ne m'en souviens plus, tout ce que je peux vous dire... c'est qu'ils z'arrachent leurs zlips!
J'ai trouvé cette recette dans un bouquin weight watchers mais je ne sais plus lequel, désolée mes bichons! Pour ce qui est des points... je dirais 7PP par personne mais à confirmer!

C'est une tuerie intergalactique, c'est relevé, c'est léger et puis c'est sans viande, ce qui ne fait pas de mal de temps en temps! Par contre achtung pour les enfants ou les fragiles du piment, c'est vraiment très hot! Vous pouvez bien entendu remplacer le piment par du paprika qui sera plus doux ou bien par du piment en poudre un peu plus soft. Mais chez le Doberman, on mange épicé, trèèèès épicé!

Tu m'aimes, tu m'kiffes, tu m'admires, tu m'peaces dans ton flex de love? Ben t'as qu'à rejoindre ma page FesseBouc en cliquant ici. Et puis sinon tu peux toujours d'abonner à ma Newsletter!
Je te laisse en compagnie de Jimi Hendrix avec "Foxey Lady", parce que ses chansons sont hot, elles aussi... "Foxeyyyyyyyyyyyy!"et qu'il n'avait pas la langue dans sa poche lui non plus... enfin... pour rouler des pelles à sa guitare. Voyou!

Ingrédients pour 4 personnes
  • 2 poivrons rouges
  • 4 gousses d'ail
  • 2 petits piments qui piquent (à remplacer si on le souhaite par du paprika en poudre)
  • 280 g de grosses pâtes (poids cru)
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
  • sel et poivre
  • 1 sachet plastique de congélation
  • un peu de basilic pour décorer au moment de servir

Comment qu'on fait?
  • Préchauffer le four en position grill. Laver les poivrons, les couper en grosses lanières après avoir enlevé les pépins et le blanc à l'intérieur (comment qu'il s'appelle d'ailleurs ce blanc?). Les déposer sur une plaque à biscuit recouverte de papier sulfurisé et les faire noircir dans le four.
  • Pendant ce temps, cuire les pâtes et les réserver.
  • Une fois les poivrons bien noirs et cloqués, les retirer du four et les déposer chauds dans le sac congélation. Bien fermer. Attendre environ 30 minutes, puis ouvrir le sac, et enlever la peau de chaque grosse lanière de poivron.
  • Transvaser le poivron dans le bol d'un robot, y ajouter l'ail écrasé avec le plat d'un couteau, le vinaigre, le sel et le poivre; ainsi que les piments. Mixer le tout jusqu'à l'obtention d'une sorte de purée.
  • Verser cette préparation dans une poêle ou une casserole, chauffer tout doucement pendant 5 minutes et ajouter les pâtes. Bien mélanger dans la casserole et laisser cuire tout doucement encore 5 petites minutes, le temps que les pâtes se réchauffent.
  • Servir avec un peu de basilic frais sur le dessus.
Bone Appétouze!

poivron, pâtes, ail, piment, plat, accompagnement



*****
Et sinon, je suis membre du jury pour le concours "Chocolat Indécent" organisé par Julia et Agathe du blog "La cuisine de Julia T &Agathe".
N'hésitez pas à vous inscrire, blogueurs ou non blogueurs, il y a des cadeaux de foufou à gagner
Pour plus d'infos, cliquez sur le logo du concours ou sur ce lien.
J'ai hâte de juger vos participations!!

jeudi 23 mai 2013

Miniatures très chics au blé noir pour l'apéro


Tu devineras jamais ce qu'il m'est ENCORE arrivé! Il s'en passe des choses dans ma p'tite vie, t'as pas idée!
Zi ozeur dé, je suis allée au resto avec mon suricate de mari, ma langoustine de fille et mes beaux-parents. Objectif: manger des fruits de mer en pagaille, claquer du jus de crabe sur ton voisin, faire une course de décorticage de langoustines (les vraies, pas ma fille) et rincer mon gosier avec un bon vin blanc.
Le repas se passe sans encombre ou presque (mais pourquoi faut-il toujours qu'on nous claque plein de bulots dans les plateaux.... yeukkkkk!) quand je décide de faire une pause pour laisser le temps à mes comparses de rattraper mon avance. Je prends ma serviette, je nettoie le "gros" de mes doigts dégoulinant, je prends celle de ma fille et je peaufine... il en reste encore un peu entre les doigts....j'essaie de gauler la serviette du suricate qui se bat avec une huître, mais c'est l'échec total, il la chope au vol et me voilà sans serviette avec mes doigts dégoûtants quand soudain: "Alléluia!!". Je vois sous l'énorme plateau de fruits de mer qui dépasse de partout, bien planqué entre la mayo et le beurre; une coupelle remplie d'un liquide d'apparence transparent. Ni une, ni deux, j'y plonge mes gros doigts. Je prends mon pied à trempouiller tout ça, ça déborde un peu, mes doigts barbotent, ils sont contents.
Sauf que.
C'était pas le bol pour rincer les doigts... tu sais ce bol avec du jus de citron et de l'eau? Non. C'était pas lui.
C'était le bol avec la sauce échalote et vinaigre pour les huîtres. Vi. J'ai fait ça. Et of course tout le monde s'est foutu de ma tronche. Moi, la Bretonne, bouffeuse de fruits de mer invétérée; championne du monde de décorticage de langoustines et de crevettes, farfouilleuse en herbe quand il s'agit de dépiauter le dormeur ou l'araignée!
En même temps, moi j'ai pas l'habitude de bouffer les fruits de mer au resto, quand j'en mange, ils viennent du petit port à côté de chez moi, ils frétillent encore parce qu'ils viennent juste d'être pêchés. D'abord!
Bon ok, j'ai la vexe et pis f'est tout!


Comme vous le savez mes bichons, j'aime ma Bretagne plus que tout et j'adore vous la faire découvrir grâce à mon blog. J'aime pas le côté gnan-gnan qui est souvent associé à notre culture (chanteuses bidons, et j'en passe) et je voulais montrer que la Bretagne en cuisine, c'est pas seulement la crêpe complète. Je lui ai donné un petit côté moderne et chic justement à cette recette. Parce que c'est ce que nous sommes, nous les Bretons. Modernes et chics, tout en gardant nos traditions!




Pour faire les miniatures, j'ai utilisé une plaque en silicone avec 24 moules carrés qui ont un petit renfoncement, qui permet par la suite de garnir les bouchées. J'ai donc fait deux fournées.
Si t'as pas ce moule, c'est pas graf (comme dirait Steffie), tu peux verser un peu de pâte dans des moules silicone pour mini-tartellettes; tu obtiendras comme ça une petite base ronde. Tu peux aussi, si tu préfères ou que tu n'as pas de moule; faire des mini blinis avec la pâte dans une poêle un peu huilée, ce sera moins régulier mais très bon quand-même. Bref, t'as pigé, y a des solutions pour tout!


Alors surtout ne flippe pas en voyant toutes les étapes en dessous. C'est vraiment très très très simple à réaliser, et rapide aussi. C'est parce que j'ai voulu tout expliquer chaque étape pas à pas.
En plus, c'est top parce qu'on peut tout préparer la veille, à l'avance. Les bouchées peuvent se conserver au frais dans une boîte jusqu'au lendemain. Idem pour tous les ingrédients, même la chapelure et les tuiles, je les mets dans des petites boîtes en fer au frigo jusqu'au lendemain.
Les bouchées de blé noir nues peuvent aussi se congeler, eh ouais mes agnals, j'ai essayé. En même temps, on allait pas grailler 50 bouchées à nous tout seuls en un soir. Donc tu congèles les bouchées dans un ziploc (tu les laisses pas non plus des mois dans le congélo, t'es mignon), et quand on en a besoin, on les pose sur une petite assiette, les unes à côté des autres et elles dégèleront dans la journée pépères le hamster.

T'as pigé, les miniatures de blé noir, c'est l'idéal pour te la péter lors d'une réception pour ton anniversaire, une communion, baptême, un apéro dînatoire ou que sais-je encore... après tout c'est toi qui vois! En tout cas nous, on les a trouvées excellentes, on sent super bien le goût du blé noir et tout se marie parfaitement bien ensemble! Bref, ça arrache la chatte à Jeannie Longo!

Voilà, je vous ai tout expliqué, maintenant passons à la recette, en musique avec "Rise" d'Eddie Vedder (oui encore mais c'est bon pour ce que t'as!).
Rejoignez-moi sur ma page fessebouc si ce n'est déjà fait, on y cause beaucoup, de bouffe mais pas que!

Ingrédients pour 50 bouchées

  • 200 g de farine de blé noir
  • 2 cuillère à soupe d'huile végétale
  • 10 cl de lait demi-écrémé
  • 10 cl d'eau
  • 1 oeuf
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café de sel
  • poivre noir fraîchement moulu (on peut remplacer par du poivre normal)


Pour la chapelure de blé noir et parmesan à la fleur de sel

  • 1 cuillère à soupe de parmesan râpé
  • 1 cuillère à soupe de farine de blé noir
  • fleurs de sel
  • feuilles de thym frais

Pour les petites tuiles de parmesan

  • 1 cuillère à soupe de parmesan
  • feuilles de thym frais

Pour la garniture

  • oeufs de caille durs (cuire 4 minutes les oeufs de caille dans casserole d'eau bouillante)
  • ail confit (voir ma recette très fastoche ici)
  • feuilles de basilic frais
  • tomates cerises
  • bacon taillé en très fines lanières (cuites à sec dans une poêle jusqu'à croustillantes)
  • ciboulette pour nouer autour des fagots de bacon

Comment qu'on fait les bouchées?

  • Préchauffer le four à 180C.
  • Dans un saladier, mélanger la farine de blé noir les moulins de avec le sel, le poivre moulu et la levure.
  • Puis faire un puits pour incorporer l'huile et l'oeuf. Commencer à mélanger au fouet en ajoutant progressivement le lait et enfin l'eau. On obtient alors un mélange épais mais fluide. Ne pas laisser reposer la pâte.
  • Déposer l'équivalent d'une cuillère à café de pâte dans chaque carré du moule en silicone. La pâte va monter donc il ne faut pas remplir le moule jusqu'en haut.
  • Enfourner pour 10 à 15 minutes. Il faut que les bouchées, une fois retournées soient un peu dorées pour donner plus de goût.
  • Ne pas éteindre le four, afin de cuire les tuiles et la chapelure de blé noir.
  • Démouler tout de suite et laisser refroidir sur une grille par exemple.


Comment qu'on fait les tuiles de parmesan au thym?
  • Mélanger dans un petit récipient, le parmesan râpé et les feuilles de thym frais. 
  • Déposer des petits tas bien espacés du mélange, sur une plaque à biscuit recouverte de papier sulfurisé. Enfourner dans le four préchauffé à 180C pendant 2 minutes environ. Attention, il faut rester devant le four, sinon les tuiles vont être trop cuites et pas bonnes. Elles doivent être à peine dorées et doivent encore être légèrement molles en sortant du four. 
  • Les laisser refroidir sur la plaque sans les toucher, elles vont durcir toutes seules. Enfin, on peut les réserver.
Comment qu'on fait la chapelure de blé noir et parmesan à la fleur de sel?
  • Mélanger la farine de blé noir, le parmesan râpé, un petit peu de fleur de sel et quelques feuilles de thym frais. Bien mélanger le tout et déposer en une seule couche uniforme sur une plaque à biscuit recouverte de papier sulfurisé. 
  • Enfourner dans un four préchauffé à 180C pendant quelques minutes. On obtient une poudre dorée délicieuse (on peut la goûter pour s'assurer de la bonne cuisson). La réserver.


Comment qu'on fait le montage des miniatures? Super easy finger in the nose mon agnal, tu vas voir!
  • Option 1: Bouchées oeuf de caille, petite tuile de parmesan, et fagot de bacon. Couper en deux les oeufs de caille. Déposer une moitié dans une bouchée, enfoncer une tuile de parmesan. Prendre une tige de ciboulette, la nouer au milieu sans fermer le noeud jusqu'au bout, y déposer délicatement quelques lanières de bacon grillées; refermer doucement le noeud et couper le surplus de ciboulette de chaque côté. Déposer le petit fagot sur l'oeuf, devant la tuile.
  • Option 2: Bouchées ail confit pané et basilic. Enrober une demie gousse d'ail confit avec de la chapelure de blé noir-parmesan. Pour cela, je mets un peu de chapelure dans un tout petit récipient, j'y dépose ma gousse d'ail et je fais tourner le récipient pour la faire rouler dans tous les sens, du coup elle est uniformément "panée". Déposer une feuille moyenne de basilic sur la bouchée et ajouter en son centre une gousse d'ail panée.
  • Option 3: Bouchées oeuf de caille, tomate cerise et chapelure de blé noir-parmesan à la fleur de sel. Couper en deux un oeuf de caille. Déposer une moitié dans une bouchée, étaler une couche de chapelure sur toute la surface de l'oeuf et enfin une demie rondelle de tomate cerise. Ajouter une toute petite feuille de basilic sur la tomate pour décorer.

Bone Appétouze!


Article sélectionné à la Une de Libéfood

lundi 20 mai 2013

Wrap de dinde, Sauce au curry-curcuma; accompagné d'un Tartare de tomates aux échalotes


Tu veux te la péter auprès de tes collègues le midi dans le réfectoire avec une gamelle de foufou? Tu veux oublier le p'tit salé aux lentilles en boîte qui file la gerbe à tes comparses quand tu dégaines ton crapahuteur d'ouvre-boîte et que tu libères une effluve de formole amélioré?



Allez Roger Cageot, j'ai la solution pour toi! Voici le wrap de dinde sauce curry-curcuma, un wrap qui fera couiner ton zlip dès la première bouchée! Parole de Doberman!
Super fastoche et rapide à réaliser, il se déguste chaud ou froid; parfait pour un déjeuner express!
On peut l'accompagner d'un tartare de tomates aux échalotes très frais et super chicos, haleine de chacal garantie histoire de faire fuir les éventuels clients/fournisseurs/collègues encombrants et de pouvoir (pour une fois) finir à l'heure!
Ne me remercie pas, je sais, je sais, j'suis formidab'! Au moins, ça te laissera plus de temps, pour venir glander la nouille sur mon blog devant ton ordi chez toi! Ben oui, forcément, j'y vois aussi mon propre intérêt, pas folle la Scarlett!


En plus, you know what? Tu devrais pas trop choper de céllulaïte avec ça, car si je ne me suis pas trompée dans mes calculs, cela correspondrait à 5,5 PP/personne pour le wrap et 0 PP pour le tartare. A confirmer par des lectrices ou lecteurs plus entraînés que moi dans le comptage de points WW!

Quand j'ai vraiment la dalle, je me fais 2 wraps pour moi toute seule, mais sans augmenter la quantité de viande et de sauce. J'ai un peu moins de dinde, un peu moins de sauce dans chaque wrap mais j'ai l'impression d'être vraiment rassasiée. Ca fait donc 7,5 PP le plat au lieu de 5,5 PP (si mes calculs sont bons)

Je file en vous laissant en compagnie de mon adorable, mon charmant, mon Dieu des chanteurs, le beau David Bowie avec la superbe chanson "The prettiest star", chanson qu'il a écrite pour moi (si si) alors que je n'étais pas née... mais il savait déjà que je serais la plus belle étoile de la voie lactée.
Et alors? On n'a pas le droit de rêver pitêtre?! Tu te moques or what?

Bon et sinon comme ça, l'air de rien, telle une mouche qui pète sans que personne ne l'entende; on a dépassé   les 200 000 pages consultées sur le blog, youpiiiiii! Merki chers lecteurs de suivre mes âneries au quotidien et surtout n'oubliez pas de rejoindre ma page FesseBouc en cliquant ici!


Ingrédients pour le wrap pour 2 personnes

  • 2 escalopes de dinde coupées en fines lanières
  • 2 tomates 
  • 2 cuillères à café d'huile d'olive
  • 2 tortillas souples
  • 1 petit suisse allégé
  • 1/2 cuillère à café de curry
  • 1/2 cuillère à café de curcuma
  • sel et poivre noir du moulin


Comment qu'on fait le wrap?

  • Pour la sauce, on mélange dans un petit bol, le petit suisse, le sel, le poivre fraîchement moulu (du poivre pas moulu c'est très bien aussi), le curry et le curcuma. Et paf, on réserve au frais.
  • Ensuite, dans une poêle, mettre les 2 cuillères à café d'huile d'olive et faire dorer les lanières des escalopes de dinde, saler, poivrer.
  • Pendant ce temps, éplucher les tomates grossièrement au couteau (oui, alors je sais, c'est pas comme ça qu'on fait dans les règles de l'art... mais j'fais c'que j'veux d'abord! Hin hin! Libre à vous de les peler à l'ancienne dans une casserole d'eau bouillante). Les couper en cubes grossiers et les ajouter à la dinde. Laisser mijoter quelques minutes.
  • Pour le montage, étaler la moitié de la sauce curry/curcuma sur une tortilla, puis déposer sur un bord la moitié du mélange dinde/tomates. Rouler le tout en serrant bien avec les p'tits doigts, couper en deux en biais pour faire plus joli et servir!

Ingrédients pour le tartare de tomates pour 2 personnes
  • 2 tomates bien mûres
  • 1 échalote
  • 1 gousse d'ail
  • feuilles de thym frais
  • sel et poivre noir du moulin
Comment qu'on fait le tartare?
  • Eplucher les tomates grossièrement au couteau, les couper en tout petits cubes, les déposer sur une passoire au-dessus d'un saladier.
  • Eplucher l'échalote et la ciseler finement. L'ajouter aux tomates.
  • Eplucher la gousse d'ail et la couper très finement. Idem, hop hop hop, avec les tomates.
  • Saler le tout, poivrer et ajouter quelques feuilles de thym frais, bien mélanger le tout et laisser dégorger pendant une trentaine de minutes.
  • Mettre au frais, et juste avant de servir, monter le tartare de tomate à l'emporte pièce pour un joli effet très chic. Mais on peut très bien le servir autrement, ce sera sympatoche aussi!


Bone Appétouze!

tortilla, wrap, ww, dinde, curry, curcuma

*****
Et sinon, je suis membre du jury pour le concours "Chocolat Indécent" organisé par Julia et Agathe du blog "La cuisine de Julia T& Agathe".
N'hésitez pas à vous inscrire, blogueurs ou non blogueurs, il y a des cadeaux de foufou à gagner
Pour plus d'infos, cliquez sur le logo du concours ou sur ce lien.
J'ai hâte de juger vos participations!!


jeudi 16 mai 2013

Magret de Canard aux Myrtilles et son Gratin Dauphinois


Alors? Bientôt la fête des man-mans et tu t'demandes ce que tu vas bien recevoir comme cadal avec tes lardons? Un pot à crayon en coquillages ou une boîte à bijoux camembert? A moins que la maîtresse comprenne enfin que toi, c'est pas la boîte qui t'intéresse mais le camembert? Elle irait à la ferme avec ton mioche (projet pédagogique), ils trairaient les p'tites vachettes toute mimi (je suis folle des vaches, j'te dis pas, je rêve d'en avoir une dans mon jardin!), et ils feraient du fromage bien puant et coulant emballé dans un joli papier estampillé "Baune fette ma man"! En passant ils iraient chez le boulanger apprendre à faire du bon pain artisanal (re-projet pédagogique) et l'affaire serait dans l'sac; t'aurais ta baguette-frometon et tu te souviendrais de ta fête des reums pour le reste de ta life!



Et ton mec, qu'est-ce qu'il va t'offrir, hein? Non parce que visiblement, quand tu regardes les pubs de la boîte aux lettres, il est censé t'offrir un cadal à douze millions de dollars super pas original, destiné à te faire bosser (en plus)! Pourtant técheuniquement, t'es pas sa madre. Encore que.
Bref, moi j'ai une super idée beaucoup moins kitchouille pour les nez-poux attentionnés qui veulent faire plaisir à la mère de leurs progénitures: un bon repas super romantique préparé avec amür et humour of course pendant que man-man se fait un "bain-bière-musique de gonze" bien mérité! 
Qu'est-ce t'en penses? Moi je vote POUR!


Alors messieurs, je vous suggère cette recette super fastoche de "Magret de Canard aux Myrtilles et son Gratin Dauphinois"! 
Dans un article précédent, je vous avais dit que Marie, qui bosse pour les relations de Presse de la marque Picard (les surgelés) m'avait proposé de m'envoyer des bons de dégustation pour que je teste des produits de mon choix.
J'avais aussi choisi un magret de canard cru du sud ouest et des myrtilles sauvages, c'est donc avec ces deux produits que j'ai réalisé la recette d'aujourd'hui. C'est le plat que j'ai servi à Noël chez ma maman l'année passée et tout le monde s'en était tapé le cul par terre.


Je vous laisse en compagnie de Moody Blues avec "Nights in white satin", je me suis acheté le 45 tours le week-end dernier sur une brocante, ah pinaise ce bon son qui craque, ça n'a vraiment pas le même parfum qu'avec le CD. Je redécouvre cette chanson en l'écoutant en boucle...lepied!
Et sinon si ça vous branche, vous pouvez me retrouver sur ma page FesseBouc en cliquant ici!

Pour finir, si vous n'avez pas le courage de cuisiner du magret de canard, ben vous pouvez toujours acheter à votre moitié une jolie muselière bec de canard! Je pouvais pas résister à la tentation, je trouve ça trop drôle!

Source: topito


Ingrédients pour le magret de canard (2 personnes)


Pour le gratin dauphinois
  • 2 pommes de terre de taille moyenne
  • une gousse d'ail écrasée
  • un peu de gruyère râpé
  • de la crème liquide (ici de la méga light histoire!)
  • sel et poivre du moulin

Comment qu'on fait le magret de canard au Xérès et aux Myrtilles?
  • La veille, sortir le magret du congélateur pour le mettre dans le frigo et le laisser dégeler toute la nuit tranquillement. Idem pour les myrtilles.
  • Le jour J: Quadriller la peau du magret avec un couteau sans faire des entailles trop profondes. Le déposer côté gras sur une poêle très chaude, sans matière grasse. Le cuire une dizaine de minutes tout en enlevant au fur et à mesure avec une cuillère l'excès de gras.
  • Passé ces 10 minutes, le retourner, baisser le feu et ajouter les échalotes. Les laisser 1 minute s'imprégner du gras du canard, puis ajouter le miel et un peu de vinaigre de Xérès (environ 2 cuillères à soupe). 
  • Saler (il faut bien le saler surtout), poivrer, et laisser compoter environ 5 minutes en arrosant régulièrement le canard avec le jus. Ajouter les myrtilles, et laisser encore cuire 2 minutes.
  • Eteindre le feu, et laisser reposer le magret quelques minutes (le temps par exemple de dresser le gratin dauphinois bouillant dans les assiettes) avant de le découper en fines tranches. Servir aussitôt!
Comment qu'on fait le gratin Dauphinois?
  • Préchauffer le four à 180 C. 
  • Commencer par éplucher les pommes de terre et les couper en rondelles.
  • Dans un plat à gratin (on peut aussi faire dans des plats individuels), disposer une couche de pomme de terre. Saler, poivrer, et parsemer un peu d'ail écrasé. Couvrir avec une fine couche de crème. Ajouter un peu  de gruyère râpé.
  • Et hop, on recommence, on dispose par-dessus une couche de pommes de terre, sel, poivre, ail, crème et gruyère jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de pommes de terre.
  • Terminer en vidant la briquette de crème si vous aimez votre gratin bien crémeux, et un peu de gruyère.
  • Couvrir avec un papier aluminium et enfourner pour environ 25 minutes. Passé ce temps, on peut enlever le papier alu pour laisser gratiner tranquilou.

Bone Appétouze!

mardi 14 mai 2013

Les Tomates Cerises d'amour, toujours!



J'ai une vie trépidante en ce moment j'te dis pas... Tiens, ben, rien qu'hier, en allant faire un tour au p'tit carrouf à côté de chez moi; je suis tombée dans un guet-apens au rayon dentifrice.
Y avait un p'tit vieux bien sympathique qui m'a demandé conseil, il cherchait THE toothpaste de sa life. Forcément vu le large choix qui s'offrait à moi j'ai voulu avoir plus de renseignements au niveau de son hygiène dentaire. Genre: dents cariées, problèmes de tartre, mauvaise haleine, besoin de fluor; tout ça, tout ça. Alors Pépé Carrouf (oui, j'ai décidé de l'appeler comme ça) m'a regardée avec des yeux ahuris, a ouvert sa bouche pleine de dents édentée et m'a dit qu'il allait avoir des nouvelles dents dans l'après-midi. J'ai cru que j'allais tomber dans les vapes en voyant ce grand vide buccal, mais j'ai tenu bon quand j'ai tilté qu'il avait dans son panier 3 brosses à dents, alors j'ai compris qu'il déconnait pas et qu'il voulait le must du must pour ses nouveaux crocs.

On a fini par choisir LE dentifrice qui fait tout, même sentir bon de la bouche; on a conversé deux minutes sur le prix d'un nouveau râtelier, et on s'est quittés amis pour la vie! Bon, p't'être pas quand-même, mais c'est vrai qu'il m'a touchée. Pas au sens propre du terme, hein, s'pèce de cochon!


Enfin bref avec tout ça, j'étais toute chamboulée et émue en retard pour mes plans cuisinistiques et c'est en mode loose que j'ai commencé à préparer la ripaille.
Ça faisait un baille que je voulais essayer de faire des tomates cerises caramélisées, j'avais vu une recette fastoche et rapidos dans l'émission "un dîner presqu'à chier".

Sauf que forcément, rien ne s'est passé comme prévu. Au moment de faire le caramel, j'ai repensé à mon p'tit vieux. J'ai eu un fou rire toute seule, mais alors, un fou rire!
J'ai appelé le suricate, encore au boulot pour lui raconter, on a ri tous les deux. Puis comme vraiment j'étais en pleine euphorie, j'ai composé le numéro d'une copine pour lui parler de Pépé Carrouf (t'as vu ma vie comme elle est palpitante?).
Après avoir raccroché, je me suis rendue compte que j'avais pas ri comme ça depuis longtemps et je me suis mise à sourire grâce à lui. Il était trognon ce vieux quand-même!
Forcément pendant tout ce temps à rire, j'ai jamais regardé mon caramel qui brûlait tranquilou dans sa casserole. Pas graffe, me suis-je dis; y a des trucs plus importants dans la vie, comme de choisir un bon dentifrice par exemple!


A la dégustation, le caramel était corsé c'est sûr et les p'tites tomates d'amour étaient pas aussi extra que ce que j'avais imaginé du coup. La prochaine fois promis, je resterai concentrée sur cette foutue casserole!
Mais pour moi, ça restera la recette du Bonheur, la recette de Pépé Carrouf, qui aurait laissé ses nouvelles dents à 1.200 euros plantées dans le caramel trop cuit.

Avec cette recette je participe au concours de ma copine Hélène du blog "Les Mets Tissés". Hélène fête son premier blog-anniversaire avec un thème très chouette. Il s'agit de proposer une recette sucrée ou salée, qui représente le bonheur à nos yeux; accompagnée d'un petit texte qui explique en quoi cette recette est associée à un moment heureux. Le thème est vraiment beau et en plus on y gagne du cadeau... alors surtout n'hésite pas à participer, même si tu n'as pas de blog!!



Je te propose d'écouter Camille avec "Mon petit vieux" en hommage à Pépé Carrouf!
Et si tu aimes mes folles aventures culinaires et Dobermanèsques, n'oublie pas de rejoindre ma page facebook en cliquant ici!


Ingrédients

  • des tomates cerises (of course!)
  • du sucre
  • de l'eau
  • du vinaigre balsamique
  • des graines de sésame
  • des cure-dents ou jolis piques


Comment qu'on fait?

  • Faire fondre le sucre avec un peu d'eau dans une casserole afin d'obtenir un beau caramel bien blond.
  • Ajouter du vinaigre balsamique dans le caramel, bien mélanger le tout.
  • planter un cure-dent dans une tomate cerise et la tremper dans le caramel, puis dans un bol rempli de graines de sésame.
  • La déposer sur un joli plat et recommencer avec les autres tomates.
  • Réserver au frais en attendant de servir.
Bone Appétouze!

tomates cerises, vinaigre balsamique, sésame, apéritif, apéro, légumes


Article à la Une sur Libéfood catégorie Véggie

lundi 6 mai 2013

Crevettes parfumées au gingembre, curcuma et lait de coco


Bon alors l'autre jour j'ai reçu un email de foufou qui m'a fait super plaisir! Marie, qui bosse pour les relations de Presse de la marque Picard (les surgelés); m'a proposé de m'envoyer un bon de dégustation pour que je teste des produits de mon choix.
Hopalah dis-moi pas qu'c'est pas vrai, me suis-je dis à ce moment-là; qui c'est qui va grailler à l'oeil? Hein? Ben c'est bibi! Danse extatique de la Scarlett surgelée par un frisson de joie intense.
Forcément j'ai accepté, tu te doutes! Et puis bon je me suis sentie un peu beaucoup flattée qu'on pense à moi, c'est vrai.

Bon, je dois bien avouer, les trucs surgelés, j'en achète très rarement. Non pas que je sois pimbêche ou que je n'aime pas ça, hein, mais c'est tout simplement parce que j'ai un micro-mini-mimi congélo. Il lui faut pas grand chose pour être rempli le pauvre... quelques glaces à l'eau home-made, un reste de couscous, et 12 bacs à glaçons et zou, il est plein le vilain!
Alors je n'ai pas eu le choix que de boire l'apéro comme une fofolle pour consommer tous ces glaçons et faire de la place! T'penses bien que j'allais pas les jeter! Héhé! Vous trouvez mon excuse bidon, je l'sens...
En tout cas au final, je peux vous dire que je n'ai pas été déçue par les surgelés offerts, bien au contraire, ça avait vachement de goût, c'était nickel pour un p'tit Doberman afamé comme moi!


Alors qu'est-ce que j'ai choisi comme produits? Ben des trucs bons, hein, forcément.
J'ai pris du magret de canard cru du Sud Ouest, des myrtilles sauvages, des crevettes entières crues de Madagascar et enfin du lait de coco. C'est avec les deux derniers que je te propose de cuisiner aujourd'hui. Une recette bien parfumée avec des p'tites épices qui vont bien. J'avais mangé il y a quelques années chez des potes une entrée qui ressemblait vaguement à ça mais un peu moins épicée, et depuis je la sers régulièrement mais en plat avec du riz pilaf. Un régal!

Je te reparle du magret et des myrtilles dans un très prochain article... enfin après mes vacances! Oui, oh ça va, hein, je t'entends meu-meu-mer "Oui, d'abord c'est dégoulasse, la Scarlett, elle est tout le temps en vadrouille!". Ben t'as qu'à viendre avec moi mon biquet! T'embarques ton cubi de rosé et t'es good pour le service! Ah et n'oublie pas tes tongs!

En attendant, voici du très bon son avec Paul Mc Cartney et "Vanilla Sky", et je vous propose de me rejoindre sur ma page FesseBouc en cliquant ici.


Ingrédients pour 4 personnes
  • 16 grosses crevettes crues sauvages de Madagascar Picard (1 paquet en fait)
  • 1 cuillère à café rase de gingembre en poudre
  • 6 galets de lait de coco Picard (soit environ 10 cl de lait de coco)
  • 1 cuillère à café de curcuma en poudre
  • 1 capsule de cardamome (optionnelle)
  • le jus d'un citron vert + un peu de zeste pour la déco
  • 1 oignon
  • huile d'olive
  • fleur de sel
  • poivre noir fraîchement moulu
Comment qu'on fait?
  • La veille, mettre dans le frigo les crevettes et le lait de coco, pour les laisser dégeler tranquillou.
  • Le jour J: Couper l'oignon très finement et le mettre à fondre tout doucement avec de l'huile d'olive dans une sauteuse par exemple jusqu'à ce qu'il soit transparent.
  • Pendant ce temps, décortiquer les grosses crevettes, en commençant par la tête, puis en enlevant le reste de la carapace. Une fois la crevette décortiquée, inciser légèrement avec un couteau tout en haut pour "choper" le boyau (miôm), tirer dessus légèrement et tout viendra avec facilité. Si vous trouvez ça dégoûtant comme étape, ben c'est pas grave, hein, vous pouvez la sauter et manger tout de même les crevettes, vous ne sentirez absolument pas le goût, c'est juste que c'est moins joli.
  • Avant de cuire les crevettes, ajouter dans la sauteuse les épices (curcuma, cardamome et gingembre) pour qu'elles dégagent bien leur arôme. Bien enrober l'oignon avec les épices, et enfin ajouter les crevettes. Saler à la fleur de sel, poivrer au poivre noir fraîchement moulu (au mortier par exemple).
  • Une fois que nos bestioles sont bien dorées de chaque côté, on met le feu à donf et on déglace avec le jus de citron vert.
  • Baisser le feu, ajouter le lait de coco et laisser mijoter tout doucement pendant encore 10 minutes en couvrant la sauteuse.
  • Servir bien chaud (décorer de quelques zestes de citron vert) avec un riz pilaf par exemple; ou tout simplement en entrée avec plein de pain pour saucer!
Bone Appétouze!

vendredi 3 mai 2013

Crumble aux Pommes, gingembre et vergeoise brune


Tu devineras jamais ce qui m'est encore arrivé zi ozeur dé? J'ai voulu regarder à la téloche Arthur et les minimoys parce qu'on m'avait dit que c'était sympatoche. Je prends le film en cours de route parce que j'avais un RDV en tête à tête avec mon Trône avant toute chose. Tu sais, l'endroit où tu te réfugies pour avoir un moment privilégié avec toi-même et une revue super intellectuelle sans personne dans tes pattes pendant au moins 15 minutes.

Donc 45 minutes plus tard (qweuôa?), me voilà en retard pour mater Arthur.
Je m'assois dans le canap' avec un petit thé de derrière les fagots prête à passer mon second bon moment de la soirée. Et là, je me dis que le type en voix off qui explique tout ce qui se passe et dont la voix ressemble étrangement à celle de la voix off dans Amélie Poulain; est un peu relou. OK, ça donne un certain style au film, et puis bon, c'est sûr c'est du Luc Besson...
Plus le film avance et plus j'ai envie de balancer ma crocs dans la téloche pour que le type ferme sa trappe, mais je suis pas sûre de bien viser et j'ai peur d'abîmer mon vieux tourne-disque fraîchement installé juste à côté; alors je me ressaisis.
Si ça se trouve, le mec à la voix casse-pied sait que j'ai raté le début et il veut surtout pas que je zappe.
J'avoue, j'ai eu envie de tripoter la zappette un paquet de fois mais je ne la trouvais pas.

Et puis le film se termine et le type cause toujours, il m'explique qu'il y a un logo sur fond jaune, qu'il y a un tel et un tel qui jouent dans le film... et là, bah je me rends compte qu'il y a un truc qui me gêne, sous le popotin... et qu'en m'asseyant dans le canap' en début de soirée... ben j'ai appuyé sans faire exprès sur le bouton "audio-description" de la télécommande, avec mes fesses.

Voilà. J'ai regardé Arthur et les Minimoys en audio-description et du coup j'ai rien compris au film.

Saloperie de fessier prohéminent!


En parlant de fesses, voici une recette qui pourrait plaire à ton postérieur! Du beurre, du sucre... le parfait combo!
C'est chez notre copine Annick que nous avions découvert ce crumble (enfin à quelques ingrédients près...hé hé) de foufou et depuis ben j'arrête pas d'en faire! Elle met des fruits rouges dedans, alors dès que j'en aurai dans le jardin, hop, hop, hop j'en rajouterai! Le suricate est encore plus amoureux à chaque fois qu'il mange ce dessert... je sais pas si c'est le côté gingembre qui l'excite?

Allez, sans plus tarder, voici la recette du crumble d'Annick, version Doberman. Je vous laisse en compagnie de Bettye Swann avec "Don't you ever get tired (of hurting me)".
Et si ça vous branche vous pouvez aussi rejoindre ma page FesseBouc en cliquant ici!


Ingrédients pour 4 personnes
  • 260 g de pommes
  • 1 cuillère à café de gingembre (mais si on aime beaucoup ça on peut en mettre deux)
  • 75g + 50 g de vergeoise brune (ou de la cassonade)
  • 75 g de beurre salé
  • 45 g de flocons d'avoine
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 60 g de farine

Comment qu'on fait?
  • Dans un petit moule à manqué, déposer les pommes épluchées et découpées en fines lamelles. Les recouvrir de 50 g de vergeoise brune pendant environ 1h et enlever grossièrement l'eau rendue des pommes.
  • Préchauffer le four à 180C.
  • Dans un saladier, mettre le beurre froid coupé en petits morceaux et ajouter petit à petit la farine tout en malaxant du bout des doigts afin d'obtenir une pâte un peu sableuse.
  • Ajouter les flocons d'avoine, le sucre vanillé, les 75 g de vergeoise et le gingembre. Malaxer à nouveau brièvement.
  • Déposer des morceaux de pâte à crumble sur les pommes dans le moule en essayant de les recouvrir un maximum.
  • Enfourner pendant environ 20 minutes.


Bone Appétouze!

mercredi 1 mai 2013

Petites glaces à l'orange, rigolotes et ultra simples (sans sorbetière)


Hello, ça farte? Me voilà rentrée de Bretagne avec du soleil plein les mirettes. Se faire dorer la tâche de rousseur comme une fofolle tous les jours sur la plage, c'était le pied t'as pas idée! Je sais que je t'ai manqué vu le nombre de messages me suppliant de revenir... j'déconne j'en n'ai pas eu tant que ça mais quelques-uns quand-même et faut bien l'dire, j'aime quand on flatte mon égo et qu'on me caresse dans le sens du poil. Bien que n'ayant pas une pilosité fortement développée (j'suis une princesse remember), j'aime malgré tout qu'on me caresse (jusque-là rien d'anormal pour un Doberman, j'te vois v'nir avec tes gros boutou coat sabots) voilà tout.


Mais ceci est une autre histoire, revenons-en à nos sorbets. Figure-toi que la langoustine, le suricate et moi-même graillons des petits suisses en pagaille. J'ose même pas te dire combien de packs par semaine on ingurgite, de peur de te voir pâlir... et vu mon bronzage breton intensif, tu risquerais de faire tâche.
Toujours est-il que ça en fait, un max de pots en plastoques à jeter... et comme tu le sais, j'aime bien récupérer  des trucs pour les transformer en autres bidules. Voui, je suis une fan de la coquille Saint-Jacques cendard, et même que je lui trouve un p'tit côté vintage kitchouille décalé over-trendy d'la branche. T'as rien chipsé? Moi non plus!


Bref, j'ai gardé des pots de petits suisses.
Et je me suis dit que des p'tites glaces à l'eau comme je mangeais l'été quand j'étais petite, ça pourrait être fun à faire. Seulement voilà, j'ai pas de sorbetière...
Comme je suis plutôt fute-fute comme mammifère, je me suis dit que je pouvais très bien essayer de faire une base comme pour un granité sauf que je gratte pas après à la fourchette.
Hin hin (comme disait ma mémé) alors comme ça même sans le robot qui va bien, on arrive à faire une glace? Dans l'mille ma p'tite dame et même que c'est délichious!
Tiens, ben t'as qu'à mater la langoustine un peu pour voir si je yoyote...


Pour le petit côté color-block j'ai utilisé des p'tits piques à frites qu'on trouve dans son paquet de frites dans le chnord à la baraque à frituur et des p'tites cuillères en plastoque de récup'.
Voilà, je te laisse apprécier la simplicité de la recette! En attendant un nouvel article (un jour prochain pitêtre), voici du très bon son avec Calexico "The ride" (part 2). Enjoy!

Tu peux rejoindre ma page FesseBouc si tu le souhaites, t'as juste qu'à cliquer ici. Et au cas z'où tu le saurais pas encore, j'organise très prochainement un concours pour fêter les 3 ans du blog! Stay tuned!


Ingrédients pour 6 petites glaces environ
  • le jus de 4 grosses oranges 
  • 40 g de sucre
  • le jus de 1 citron vert

Comment qu'on fait?
  • Presser le jus des oranges et du citron vert. Les passer dans un tamis pour enlever les petits morceaux ou les pépins. Verser le tout dans une casserole avec le sucre.
  • Faire bouillir le tout 10 minutes environ. Laisser légèrement tiédir et verser dans des pots à petits suisses.
  • Mettre au congélateur. 2h30 plus tard, ne pas oublier de planter un bâton en bois, une petite cuillère ou une mini fourchette à frites... bref ne pas oublier cette étape avant que la glace ne prenne complètement. Avant, ça risquerait de ne pas tenir bien droit dans le pot.
  • Pour que la surface des glaces soit bien plane, poser les pots sur un plat allant au congélateur. Ça évitera aussi que les sorbets ne tombent en vrac dans le congélo!
  • Enfin quand la glace est prête, la sortir du congélateur et chauffer un peu avec la paume de la main pour la démouler. Déguster sans plus tarder!

Bone Appétouze!

Article séléctionné à la Une Cuisine sur Hellocoton

Article séléctionné à la Une Plaisirs d'Enfance sur Libéfood


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...