mardi 29 mai 2012

London Calling

Me revoili , me revoilou! Plus magique que David Coupe la Field, j'avais disparu et je suis reviendue!
J'avais oublié de vous prévenir...c'est pas très très sympa! Mais c'était pour la bonne cause mes p'tits gnous, car je fêtais mes 10 ans d'amür tüjürs et 5 ans de mariache avec mon Suricate! Tout ce temps-là? Ben il faut au moins ça pour se souvenir du bon vieux temps où on était jeunes et cons.
Nous étions donc partis en vadrouille au pays de Shakespeare (tu sais, celui dont on maîtrise la langue quand on parle english... private joke pour les anonymes pas contentes de l'autre fois qui se reconnaîtront).
Et si je vous racontais un peu notre séjour à London? Les photos sont parfois floues, mal cadrées, mais dans le feu de l'action on fait comme on peut. En plus j'ai un balèze de rhume (trop sexy), du coup quand je fais une photo, je suis obligée de faire de l'apnée...sinon comme je n'arrive pas à respirer par le nez, bah ça fait de la buée sur l'objectif de mon petit appareil... j'vous dis pas la galère!
Allez, c'est parti, j'vous raconte, accrochez vot'caleçon!

Ca commence déjà quand on s'est rendus compte qu'on n'avait pas les bonnes horaires de TER sur notre papier. Pas graffe, on a géré comme des Dieux, et on n'a  pas raté le Rostar! Après un roupillon bave-ronflage d'une heure et demie devant les regards amusés de nos voisins de train; nous voilà débarqués à London sous un soleil de plomb.

On se fait un arrêt Starbuck (nostalgie des USA quand tu nous tiens) à Picadilly Circus. Je passe la commande, le type me demande mon nom avec un accent tout sauf anglais, je lui demande "sorry?" parce que je comprends rien. Il me demande si sorry c'est mon nom, et je décide que oui. Son collègue prépare nos "tall signature hot chocolate" et me demande si Sorry c'est moi.Sorry? Oui, c'est moi.

Arrêt à Covent Garden où une chanteuse lyrique se donne en pèsstak, puis des violonistes, alors que nous mangeons dans un boui-boui Indien; un naan façon wrap avec du poulet au curry dedans. J'ai toujours le nez bouché donc je sais pas si c'est bon. Encore une fois je décide que oui.


On continue toujours à Covent Garden, le marché, les halles, et puis hop, arrêt dans un pub. Une petite pinte du coin toute plate. Mais bonne et fraîche et qui fait du bien.


On se fait le pont de London, re pinte dans un pub de l'autre côté de la Tamise. Puis on revient sur nos pas, on voit tout un tas de monuments magnifiques, et toujours pas une crotte de chien par terre, ils sont vraiment plus civilisés que nous ces english!


Arrêt dans la boutique Twinnings où je m'achète une boîte spécialement éditée pour le Jubilé de la Reine et où je me retiens de tout acheter.

On est fourbus et on décide de découvrir notre hôtel qui se trouve au Nord de Londres dans le quartier juif. C'est le King Salomon, très sympa (surtout la salle de bain et les toilettes privés) pour un prix pas excessif. Ca change de la chambre de passe de New York au 6ème étage avec ascenseur mais qui ne marche pas (j'étais enceinte presque jusqu'au cou, mwouarf, j'ai dégusté), les chiottes et la douche à partager avec tout le monde (au moins nous, on n'avait pas de puces dans le lit). 
Donc au King Salomon, nous voilà ravis!

Pour le reste du séjour dans le désordre, on s'est fait un super resto Indien "Chor Bizarre" dans un quartier très chic, paraît qu'on y croise des stars, mais comme on n'est pas très people, on n'a reconnu personne. Par contre c'était excellent!



Voilà, c'était bon comme tu peux le voir... Ca arrachait la tronche, je peux te dire que ça m'a débouché le nez direct!

Après ça il fallait bien une bonne pinte dans un pub... 


Encore... mais elles sont tellement légères en même temps...




Au fil d'une balade, on a découvert une boutique pour avocats, qui vend des perruques... Ca m'a fait penser au film "Un poisson nommé Wanda" et j'ai longuement hésité à m'en acheter une.

Je vous mets pas les photos de chez Harrods, les boutiques de luxe, et puis le fameux Primark où  j'ai failli tomber dans les pommes tellement il y avait de monde et où j'ai dû laisser en plan tout ce que j'avais l'intention d'acheter.

Sur Oxford Street on s'est lâchés chez Clarks, ah j'adore les clarks!!! En plus c'est vachement moins cher que chez nous.
La maison de la Reine Mère, la relève de la garde Royale, etc, etc

Et puis le dernier jour...notre dernier pub "The Spice ok Life"

Avec des pintes et.. un Fish'n'chips,
le tout servi par un punk et un rouquin plein de cheveux mais que d'un côté.

Big up aux mushy peas, ah j'adore mais j'adore!!! Si quelqu'un a la recette, je prends!



Voilà... vivement la prochaine fois! En attendant j'essaie de transformer mon odieux accent américain plouc en accent british très classe!
Je vous propose d' écouter London Calling des Clash que j'ai eu en tête tous les jours durant notre vadrouille!

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!

Dobermanement vôtre,
Scarlett

mardi 15 mai 2012

Soupe de Pois Chiches

Aujourd'hui je vous propose deux recettes sympas pour le prix d'une! Voui madame! J'suis comme ça, moi! Je ne fais pas les choses à moitié!
Au début, ça devait juste être une soupe, ou plutôt un velouté...sauf que moi, quand c'est épais, j'ai tendance à faire comme les bébés, je régurgite. Eurk. C'est un peu comme les morceaux dans le yaourt, il faut que je trie et c'est même pas la peine d'essayer de m'entourlouper en planquant "1" morceau dans une sauce, lui aussi je le trouve à coup sûr.
Me voici donc partie à mixer la souplette et ensuite à la passer au chinois (enfin un chinois, disons une petite passette pour jus de citron), petite louche par petite louche. Et voilà que je me retrouve avec une bonne ration de "pâte de pois-chiches". Je me dis que c'est vraiment trop nul d'aller jeter ça, alors je réfléchis (plissage des yeux, rictus de la patte d'oie, ride frontale en action) et "yepeeeee!", j ai trouvé! J'ai des feuilles de brick dans le fridge, alors des petits rouleaux aux pois chiches ça devrait pas être dégueux ma foi! Et ben vous savez quoi? C'était absolutely delicious! La prochaine fois, je rajouterai de la menthe ciselée dedans pour donner un petit coup de fouet au tout!
La recette de la soupe, je l'ai trouvée dans un bouquin: "tout petits prix" de WeightWatchers.

Et sinon, vous aimez Camille? Moi je l'adore! Alors je vous propose d'écouter "Mon petit vieux"...une chanson qui me touche beaucoup beaucoup :)

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!



Ingrédients pour la soupe
  • 2 oignons
  • 2 gousses d'ail
  • 4 tomates
  • quelques feuilles de coriandre (qui remplacent le persil)
  • 1 boîte de pois chiches de 240 g
  • 1 cuillère à café d'huile d'olive
  • 30 g de raisins secs (blonds pour ma part)
  • 1 cuillère à café de curry
  • sel et poivre (attention, il faut mettre pas mal de sel sinon c'est fade)

Comment qu'on fait?
  • Dans une cocotte, mettre l'huile d'olive. Ajouter les oignons en cubes et l'ail écrasé avec le plat d'un couteau. Les faire dorer 5 minutes à feu doux.
  • Ajouter les tomates coupées en cubes, les pois chiches égouttés, les raisins secs, la coriandre ciselée et le curry. Ajouter du sel et du poivre du moulin. Faire revenir le tout encore 5 minutes.
  • Ajouter 50 cl d'eau, couvrir et laisser mijoter à feu doux une quarantaine de minutes.
  • Mixer le tout (et filtrer si vous l'aimez sans morceaux comme moi).

Comment qu'on fait les bricks aux pois chiches ? 

Couper la feuille en 4 triangles. Y déposer la "Pâte de pois chiches"(appelons-la comme ça) bien pressée, sur la pointe du triangle. Et  former une sorte de rouleau en pliant d'abord la pointe sur le dessus, puis les côtés rabattus sur la farce. Et enfin, enrouler le rouleau sur lui-même. Je ne suis pas sûre que ce soit très clair...

 


On obtient donc des petits rouleaux farcis de restes de soupe ;-)



On enfourne dans un four chaud (genre 200C) jusqu'à ce que les rouleaux soient bien dorés et croustillants. Quelques minutes suffisent. 
A déguster avec une petite sauce fromage blanc-menthe-cumin par exemple...


Et voilà le résultat! Ça aurait été dommage de ne pas tenter, non?


Bone Appétouze!

jeudi 10 mai 2012

Muffins à la farine de Kamut, Citron et Pavot

T'as déjà mangé un truc tellement bon que tu t'es demandé si ils ne le faisaient pas en intraveineuse histoire de pouvoir en baffrer même quand tu dors? Parce que le truc que je te propose, là, maintenant, c'est du lourd, du gros dossier, du eumèzïngue! Prends un styloche et note-la bien méticuleusement, la recette. T'as bien un carnet de recette cucu mignon décoré de cupcakes roses? Ben tu recopies dans la rubrique dessert, et tu peux y dessiner des coeurs tout plein autour du titre. Tu vas me lécher les orteils dès que tu les auras goûtés les p'tits muffins, c'est mes panards qui te le disent!
Bon, au départ, ça ne devait pas se dérouler tout à fait comme ça. Parce que j'aime quand un plan ne se déroule pas sans accroc...j'ai bien évidemment commencé à les préparer sans avoir regardé si j'avais tous les ingrédients. Bien entendu, j'te l'donne en mille; j'avais rien de ce qu'il fallait. Presque plus de farine toute simple, et encore moins de lait fermenté. J'avais déjà monté les blancs en neige (enfin monté c'est beaucoup dire, disons que j'ai fait moussé les blancs) et fouetté les jaunes avec le sucre. Fallait assurer derrière alors j'ai pensé à la farine de kamut que j'utilise souvent pour faire mes pains. Et pour le lait fermenté, à part péter dans un yaourt (mon dieu, c'que c'est fin), je voyais pas trop comment faire, alors j'ai opté pour les yaourts au citron (sans gaz) (huhu).

Résultat? C'est juste une tuerie internationale. D'ailleurs c'est ce que j'ai noté à côté du titre de la recette, dans la rubrique "Dessert" de mon carnet de recette sans déco cucu, complètement défoncé et tâché de gras. J'suis trop une Princesse.

Allez, je vous file la recette (l'originale, qui n'a plus grand chose à voir venait du bouquin "Cakes et Muffins" de chez Larousse) sur fond de Pearl Jam avec "Just breathe".

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!



Ingrédients
  • 2 oeufs
  • 50 g de sucre en poudre
  • 10 cl d'huile
  • 2 yaourts brassés au citron
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 100 g de farine T55
  • 100 g de farine de kamut
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café de sel
  • le jus d'un citron jaune (non traité) et son zeste
  • graines de pavot

Ingrédients pour le glaçage
  • 80 g de sucre glace
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron (non traité)
  • graines de pavot

Comment qu'on fait?
  • Préchauffer le four à 200C
  • Dans un saladier, fouetter les jaunes d'oeufs avec le sucre. Ajouter l'huile, les yaourts, le sucre vanillé, les farines, la levure, le sel et le jus de citron. Tout bien mélanger avec de la fougue.
  • Puis monter les blancs en neige et les incorporer à la préparation. Ajouter des graines de pavots (un peu) et les zestes de citron.
  • Verser le tout dans des moules à muffins (aux 3/4) beurrés et farinés ou verser directement dans les caissettes si vous en avez. Moi j'ai fait un peu de tout, des grands muffins, des petits, dans des caissettes, et sans caissettes...
  • Enfourner pour une vingtaine de minutes.
  • Pendant ce temps, préparer le glaçage. Dans un bol, mélanger le sucre glace et le jus de citron avec un fouet, il ne faut pas de grumeaux et il faut que ce soir assez épais. 
  • Une fois les muffins prêts et refroidis, les plonger tête la première (juste la tête) dans le bol de glaçage. Les retourner, les poser sur une grille (ça risque de couler partout) et parsemer de graines de pavot.


Et une dernière chose... les pépins de citron, tu ne jetteras point! Les pépins de citron tu planteras! Au pire ça te fera une jolie plante verte, au mieux tu obtiendras au bout de plusieurs années, un bien beau citronnier! J'ai revendu ou donné les miens à chaque fois que j'ai déménagé. Ceux-ci seront les premiers de notre nouvel Home Sweet Home! Bientôt un article sur l'utilité de garder les noyaux et autres pépins!

Bone Appétouze!

mercredi 9 mai 2012

Bouchées à la Tapenade (et comment j'ai failli jouer dans une série gnan-gnan)

Ce Week-end je ne me suis pas ennuyée, d'autant que les parents de mon suricate ont pendu leur crémaillère et que je leur avais proposé de faire des petits trucs à boulotter pour l'apéro. J'suis sympa comme brue, non? Donc, parmi les p'tites lichouseries que j'avais préparées (Cakes au Thon, Cookies aux Tomates séchées et Pepperoni; et Cakes aux Lard); il y avait des bouchées toutes bêtes mais qui en jettent!
Ma tata Chrichine m'avait offert à Noyel un moule en silicone pour faire des petits carrés apéritifs. Quand tu les retournes, il y a un petit creux pour les garnir, c'est trop fort! Alors je me suis lâchée, j'en ai fait un paquet et c'était trop bon! La prochaine fois j'essaierai avec du guacamole maison, une petite crevette grise et une feuille de coriandre, ça devrait être fantastique!
J'ai donc passé quelques heures aux fourneaux dès le petit matin, le cheveu hirsute, une dread naturelle le long de la nuque car pas encore lavée (hannnnnnn!), j'ai même eu une vision assez flippante quand je me suis vue dans les placards...vive les cuisines laquées!
Et du coup je me suis souvenue d'une folle journée, il y a déjà 10 ans, non j'exagère, disons plutôt 9 ans (il y a un siècle, il y a une éternité, on ira où tu voudras quand tu voudras...). Ça parle de cheveux...je vous raconte?

Alors voilà, un jour une cop's un peu beaucoup fofolle m'appelle pour me dire qu'elle déboule chez moi, là tout de suite dans un heure. Elle est dans le train, elle arrive parce qu'il faut absolument qu'on fasse une truc, elle et moi. Un truc de cinglées. C'est aujourd'hui, ça se passe dans ma ville, j'peux pas refuser. Bon, je raccroche sans en savoir plus et j'attends. La voilà qui déboule chez moi remontée à bloc avec une coupure de journal dans la main... "Casting  à Lille pour jouer quelques épisodes dans la série Sous Le Soleil". Voilà le pitch. Bon, des trucs de dingos, j'en ai fait des tas avec elle. Mais ça... non quoi, je pouvais pas. C'est un peu la honte quand même. Me demandez pas comment elle a réussi à me traîner là-bas, mais je me suis pas dégonflée. Arrivées devant le chapiteau, on s'inscrit, on nous colle un numéro sur le nichon, et on attend une plombe dans une file bombée de bombasses taille anorexique. Forcément nous deux, on fait pas le poids. Ou plutôt on fait trop le poids. Mais on ne se débine toujours pas. On nous file le script...enfin les trois lignes de texte à réciter dare-dare car on passe (en binôme donc trop cool) dans peu de temps. Et là on lit le bouzin et c'est juste pas possible, on peut pas, on peut plus, on est pliées en deux. On arrive devant le type avec sa caméra et on explose de rire. Le mec demande si il y a un problème, c'est qu'il rigole pas, lui...des connes comme nous qui lui font perdre son temps il a dû en voir des centaines. On lui demande si on peut pas inverser les rôles parce que là vraiment ça va pas le faire. Les Divas avant même de connaître la gloire. Mais non il veut pas le type. Alors je me lance et je dis:  "Dis donc Marie, t'as pas l'air d'avoir la forme, t'as les cheveux tout raplaplas, tu veux un conseil pour leur donner du volume?". Bon, je l'ai pas dit comme ça, imaginez plutôt un hoquet tous les deux mots. Ma pote, elle n'a jamais réussi à débiter un seul mot. Parce que ma cop's, elle est Mauricienne, donc black, enfin marron. Et ses cheveux à l'époque, ben c'était un peu  comme si les Jackson Five s'étaient tous réunis et étaient venus pique-niquer sur sa tête, quoi. Alors le coup de l'astuce pour ne pas avoir les veuches raplaplas, on n'a pas pu. On a explosé de rire, et ils nous ont virées.
Voilà comment ma carrière d'actrice a avorté...

Allez, sur cette belle aventure, je vous laisse en compagnie des Soudgarden (miaoÛÛ pour la voix et la hueule d'ailleurs de Chriss Cornell) avec "Balck Hole Sun"!

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!


Ingrédients pour 100 bouchées
  • 6 oeufs
  • 2 dl de lait
  • 300 g de farine
  • 50 g de beurre
  • sel et poivre
  • 2 sachets de levure
  • 200 g de tapenade
  • 40 g de tomates séchées
  • des olives noires dénoyautées
  • 12 tomates cerises
  • des feuilles de basilic
  • de la ciboulette

Comment qu'on fait?
  • Préchauffer le four à 180 C.
  • On commence par faire la base. Dans un saladier, mélanger les oeufs, la farine, le beurre fondu, la levure, le lait, le sel et le poivre.
  • Verser la moitié de la préparation dans un autre saladier.
  • Dans le premier, rajouter les tomates cerises coupées en 4, et mélanger. Verser dans les moules en silicone et enfourner pendant 20 minutes.
  • Dans le second saladier, ajouter 100 g de tapenade (soit la moitié), mélanger et verser dans les moules. Si t'as pas assez de moules ben tu attends que ta première fournée soit finie, tu les démoules tout de suite et sans passer par la case lavage, tu verses la préparation directement dans le moule et tu enfournes toujours pour une vingtaine de minutes.
  • Une fois que les petits cakes sont froids (ça refroidit super vite), les retourner et commencer à les garnir.
  • Pour la version tapenade, on peut garnir avec un bout de tomate séchée, une petite feuille de basilic et un morceau d'olive.
  • Quant à la version tomates cerises, j'y ai mis de la tapenade, puis un bout de tomate séchée et un brin de ciboulette.


Bone Appétouze!

dimanche 6 mai 2012

Tajine de Daurade

Alors aujourd'hui le chef vous propose...du poisson! Oui, bon, la photo n'est pas terrible mais ne t'arrête pas à ça mon mammouth à trois pattes; parce que je peux te dire que ce plat là, il va te faire couiner les cordes vocales! "Oh oui, c'est bon, j'en veux encore!! Encore de la Daurade je t'en supplie, oh oui, oh oui!"... Et tu sais quoi? Ben en plus tu peux te lâcher sur la gamelle parce que c'est light (dixit WeightWatchers puisque c'est dans un bouquin WW que j'ai trouvé la recette). Hin-hin, je vois que tout d'un coup, tu lui trouves des belles couleurs à ma photo, isn'it? Indeed!
Bon, par contre, je crois que la p'tite stagiaire toute fraîchement débarquée de la poissonnerie; ça ne l'a pas trop inspirée, la daurade. Quand je lui ai demandé de me l'écailler, enfin bref de me la préparer; je l'ai vue se décomposer sur place, j'ai même eu pitié. Enfin, beaucoup moins quand je suis rentrée à la maison et que j'ai dû me battre avec la bête pour finir de la nettoyer. Sur le coup, j'ai un peu eu envie d'aller planter des arêtes dans les cordes vocales de la djeun pour qu'elle couine, elle aussi!
Attention, cette recette nécessite une marinade d'au moins deux heures, alors ne faites pas comme moi, ne commencez pas à cuisiner à 20h (oups, j'avais pas vu que le pichon devait mariner)... Droche!

Pour accompagner ce délicieux plat, je vous propose d'écouter Sublime avec "Santeria", souvenir de quand j'étais Djeun. Non, je n'ai pas toujours été une vieille conne :)

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!


Ingrédients pour 6 personnes
  • 1 daurade de 1.5 kg environ (écaillée, vidée, bref préparée) ou deux plus petites
  • 2 cuillères à café d'huile d'olive
  • 2 cuillères à café de cannelle (la prochaine fois j'en mettrai 3)
  • 1 cuillère à café de piment fort en poudre
  • 1 cuillère à café de ras-el-hanout
  • 3 oignons émincés
  • 2 cuillères à soupe de miel liquide
  • 4 cuillères à soupe de jus de citron vert
  • 6 cuillères à soupe de raisins secs blonds (moi j'y ai mis le paquet)
  • sel, poivre

Comment qu'on fait?
  • Laver et essuyer la daurade avant de la couper en tranches épaisses. La mettre dans un sac plastique style ziploc.
  • Dans un bol, mélanger l'huile, 2 cuillères à soupe d'eau, la cannelle, le piment, le ras-el-hanout, du poivre et du sel. verser le tout dans le ziploc; le fermer et bien "remuer" le sac... enfin pas trop quand même, faites gaffe à ne pas abîmer le poisson. L'idée c'est que la marinade enveloppe bien chaque morceau. Et hop, on met dans le frigo et on laisse le tout au moins deux bonnes heures.
  • Vider tout le ziploc dans une sauteuse, pas besoin de matière grasse les loulous. La daurade est déjà enrobée de marinade et elle va dorer sur chaque face 2-3 minutes à chaque fois.
  • Retirer les morceaux de poisson et mettre à la place dans la sauteuse, les oignons émincés. Les faire revenir 5 minutes et ajouter un peu de chaque épice (cannelle, piment, ras-el-hanout) (à doser au goût), puis le miel, le jus de citron et enfin les raisins secs, ah et du sel aussi! Cuire 15 minutes sur feu doux et sans couvercle.
  • Ajouter la daurade, mélanger et laisser cuire une fois de plus une dizaine de minutes sur feu doux.
  • Servir méga chaud accompagné par exemple de la semoule de couscous... pas très original mais en attendant c'est troooOOOOOooooop bon!

Bone Appétouze!

mercredi 2 mai 2012

Chutney de Pommes à la Cannelle

Eh voilou, une fois n'est pas coutume me voilà seule dans la casbah sans suricate, parti quelques jours en Finlande pour le boulot manger des "Boulettes de Reines sauce Père-Noël".  J'ai pour compagnie une langoustine qui bouffe de l'oignon cru avant de coller sa bouche sur mon nez pour me dire qu'elle m'aime; et un fond de Blanc "Entre deux Mers cuvée Hortense" qui m'aime aussi d'ailleurs.  Trop fun ma life ce soir...
Bah allez, c'est nicht graffe, j'ai des tonnes d'idées à réaliser, et plein de cruts à finir aussi, comme ma marionnette par exemple. Je vais tous les mois à un atelier dont l'objectif final est de réaliser un péstak avec nos jolies (hum hum) muppets fabriquées maison. J'ai raté une session et du coup j'ai pas encore cousu le costume, ni peaufiné les détails. Là on cherche activement un fil conducteur pour l'histoire et on s'entraîne...bonjour les fou-rires! On a trois représentations en juin, le stress commence à monter!

Bref, voici donc mon "Chutney de Pommes à la Cannelle", une vraie tuerie! J'ai léché tout le fond de la gamelle et j'ai même pas partagé avec l'héritière qui voulait goûter. "Nan, c'est que pour les adultes, y a du vinaigre de cidre dedans, tu vas être caisse!".
C'était tellement la fête des papilles et des mamilles ce chutney, que j'en ai fait des pitites conserves, stérilisées et tout et tout.
Bon, j'ai rien inventé, j'ai trouvé la recette dans mon bouquin "Chutney" (j'en parle ici). J'ai juste changé quelques ingrédients et quelques quantités. Et qu'est-ce qu'on mange avec un chüt-nez? Ben du foie gras par exemple, une mousse de canard aussi pourquoi pas, et puis avec un bon frometon c'est pas dégueux non plus!


Je vous mets de la bonne zic, toute douce. C'est "Adam's Lullaby", B.O. du super film Bricklane, très belle adaptation cinématographique du bouqin "Sept mers et treize rivières", livre que j'ai lu et relu, et relu.

Si vous voulez suivre mes charmantes aventures et ne rater aucune actualité, n'hésitez pas à rejoindre ma page Facebook en cliquant ici!


Ingrédients
  • 4 pommes Jonagold de min coin (Les vergers Tellier) coupées en petits morceaux
  • 2 oignons hachés
  • le jus d'un demi citron vert
  • 200 g de cassonade Graeffe (elle sent le fromage, vous trouvez pas?)
  • 40 cl de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 grosse pincée de sel
  • Quelques graines de fenouil pour la déco

Comment qu'on fait?
  • Dans une casserole, mettre le vinaigre et le jus de citron. Ajouter les pommes en morceaux et les oignons hachés. Saupoudrer de cassonade, ajouter la cannelle et le sel, puis chauffer doucement en remuant avec une cuillère en bois.
  • Quand le sucre est bien fondu, augmenter un peu le feu pour donner un petit bouillon. Cuire une heure environ en remuant de temps en temps jusqu'à ce que les pommes et les oignons soient bien confits.
  • Mettre dans un petit pot et couvrir aussitôt. Laisser tiédir et mettre au frais. Au moment de servir, décorer avec quelques graines de fenouil (pas trop parce que c'est très fort en goût)
  • Pour la stérilisation, j'ai essayé deux techniques. La technique cocotte minute, remplie jusqu'aux 3/4 des pots (ces derniers posés dans le panier) et j'ai laissé sur le feu une demie heure après le pschitt. Et la technique de ma mamie, on met le chutney bouillant dans la conserve (avec couvercle qui se visse), on referme aussitôt et on la retourne sur un torchon. Ca ne stérilise pas mais ça se conserve très bien.



Bone Appétouze!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...